Photo - Rémi PICHON

Biomphalaria glabrata et son parasite naturel schistosoma mansoni

A+ A- Aa
Partager cette page :

Biomphalaria glabrata et son parasite naturel schistosoma mansoni

Mots clés : Biomphalaria glabrata, Schistosoma mansoni, Bilharziose, immunité

Résumé :
Le laboratoire IHPE (Interactions Hôtes Pathogènes Environnements) est spécialisé dans l'étude des interactions entre hôtes et parasites. Un modèle d'interaction hôte/parasite est particulièrement développé au sein de cette unité, et est composé d'un mollusque d'eau douce, Biomphalaria glabrata (Say, 1818), et de son parasite naturel, Schistosoma mansoni (Sambon, 1907), un trématode responsable de la bilharziose intestinale en Amérique du Sud et en Afrique. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), cette maladie touche près de 240 millions de personnes dans le monde et plus de 700 millions de personnes vivent dans la zone endémique du parasite. Ce parasite a un cycle de vie complexe à deux hôtes, un hôte final vertébré et un hôte intermédiaire, l’escargot d'eau douce B. glabrata. Jusqu'à présent, la majorité des efforts pour lutter contre ce parasite ont été faits au niveau de l'hôte définitif humain. Cependant, aucun vaccin n'est encore disponible pour lutter contre cette maladie, et un seul traitement chimio thérapeutique est utilisé : le praziquantel. Cependant, l'utilisation de cette seule molécule pose problème (résistance, pas de protection à long terme, etc.). En outre, de nouvelles épidémies infectieuses apparaissent dans le monde, comme dans le sud de la Corse, en France. Toutes ces données, ont incité l'OMS à soutenir de nouvelles stratégies de lutte contre les maladies. Plusieurs stratégies ont donc été retenues pour, cette fois-ci, bloquer le parasite au niveau de son hôte intermédiaire, l’escargot. En réponse à cette stratégie, nous nous efforçons de comprendre et de caractériser les mécanismes immunobiologiques impliqués dans l'interaction B. glabrata/S. mansoni et d’identifier de nouveaux moyens de médiation vectorielle.

Lien de téléchargement des photos : Image

Rémi PICHON, Benjamin GOURBAL, Richard GALINIER
Laboratoire Interactions Hôtes Pathogènes Environnements (IHPE), Université de Perpignan Via Domitia, Perpignan.
remi.pichon@univ-perp.fr

Partager cette page :

Mise à jour le 6 novembre 2020