Article - Arthur HAGOPIAN

L’asociabilité des électrons : une entrave aux batteries de demain

A+ A- Aa
Partager cette page :

L’asociabilité des électrons : une entrave aux batteries de demain


Mots-clefs : Énergies renouvelables, véhicules électriques, batterie, dendrite, électron

Le matin, le réveil sonne, l’ampoule s’illumine et la bouilloire chauffe. Chaque jour, le frigidaire conserve, l’appareil-photo capture, le téléphone nous lie et nous relie. Notre quotidien est électrifié. Cette électrification est d’autant plus présente dans nos vies depuis que les piles et les batteries ont rendu l’électricité mobile. À l’inverse des piles, les batteries sont capables de stocker et de délivrer de l’énergie électrique de manière réversible. De ce fait, les batteries règnent sur les technologies électroniques nécessitant de nombreux cycles de charge/décharge telles que les systèmes portatifs (téléphone portable, ordinateur portable, appareil photo numérique), les systèmes stationnaires (stockage des énergies renouvelables) et les systèmes embarqués (véhicules électriques). Afin de répondre aux applications dites à haute densité d’énergie, la célèbre batterie lithium-ion doit être remplacée par une batterie plus performante. Le développement de la batterie de demain est néanmoins limitée par des problèmes de sécurité liés à la formation de dendrites, des sortes de stalagmites microscopiques qui peuvent court-circuiter la batterie, voir même, la faire exploser. Le phénomène de poussée dendritique doit être étudié à l’échelle atomique afin de déceler sa véritable origine, permettant ainsi son appréhension et son annihilation.

Pour télécharger l'article, cliquez ici : L’asociabilité des électrons : une entrave aux batteries de demain - Arthur HAGOPIAN - Congrès 2020
 
Arthur HAGOPIAN, Marie-Liesse DOUBLET, Jean-Sébastien FILHOL
Institut Charles Gerhardt Montpellier (ICGM), Université de Montpellier, Montpellier
, France.
arthur.hagopian@umontpellier.fr

Partager cette page :

Mise à jour le 31 octobre 2020